Guillaume M.

Publié le par candiice.over-blog.com

 

 

Parce que ton dos et ton égo ont une conversation limitée.

 

C'était pour une nuit, ça s'oublie. Tout s'oublie d'ailleurs, non ?

 

Tu ressens le rythme ? Lancinant, lascivement il te met dans un drôle d'état. L'Allegro est joué piqué, le tempo se pose, j'en dispose. Je perçois l'érotisme de tes nerfs, éxcités par le récital de ton regard. Du mien, pardon. Mais je commence déjà à les confondre. Ils ne forment plus qu'un, ils sont la corde tendue reliant nos yeux, sur laquelle se balladent nos envies équilibristes en y inscrivant, à chaque pas, une note, un soupir. Pourtant il n'y a jamais eu de musique, nous étions les compositeurs d'un air imaginaire. Tu sais, tu as raison (tu vois que desfois je te l'accorde), ce sont les silences les plus beaux. Même dans nos prunelles.

 

Je te hais, te déteste, quelle pornographie de classe. Le plaisir de la chair et la pesanteur de ta conscience maintiennent encore tes mains à distance respectable de la courbe de mes hanches. Mais jeune homme, tu as déjà fait ton choix, tu es venu. Et après, c'est à moi que tu laisses entendre que l'amour n'a rien d'un jeu ? Mais au contraire, c'est le plus passionnant des divertissements et crois moi, entre nous la partie est loin d'être finie. Et puis, je te le répète, tu es venu. Ce soir la première manche consiste à désigner qui impose ses règles, qui triche le premier.

 

Allez donne toi de la contenance, bois et fume. Occupe tes mains, ton esprit je me charge de l'obséder. Oh arrête s'il te plait, si tu crois que ma stratégie se suffit à écarter les jambes pour acquiescer à tes concepts et me soumettre à tes volontés, tu te trompes. Encore. On ne se comprend définitivement pas, hein ? Pourtant, tu n'es pas partit, pas encore. Mais je ne suis pas dupe, je vois bien les cartes qui dépassent de tes manches.

 

Physiquement c'est sans borne, démesuré. Il faudrait suspendre cependant, mon amour. Tu ne peux pas rester pour la douceur de ma peau, la franchise de mes idées ou la séduction de mes lèvres. Je te permets d'abuser. Mais tu en paieras toujours le prix. Fort, évidemment mon ange, je ne fais pas dans la demi-mesure. Je sais aussi que les limites les plus respectées, sont celles qu'on s'impose à soi même. Mais tu peux te rebeller, te battre, tant que c'est contre toi. Il parait qu'aimer c'est souffrir et que si quelqu'un te dit le contraire, c'est qu'il essaye de te vendre quelque chose. Moi je ne monnaye rien. Je fais mieux, j'offre. Non mais, vas y, place tes pions et fais tes jeux. On ne se rend compte de la valeur des pertes que lorsqu'elles sont factuelles.

 

Tu mens mal et je suis mauvaise perdante. Serre mes poignets et mord mes seins, la puissance de ma vengeance n'aura d'égal que celle de mes sentiments. Regarde moi en face et dis moi de partir. Oui c'est de la provocation, je sais que tu ne le feras pas. Alors prends moi dans tes bras, embrasse mes paupières et caresse les pleins et les déliés de nos étreintes, profitons, car nous n'en sortirons pas indemne. Profitons, car si l'amour est un art difficile, la rupture se prétend plus douloureuse encore.

 

Ton désir, le mien, j'en entends encore le concerto. Le piano éxulte, et faut avouer qu'on s'amuse, le morceau est à quatre mains. On ne peut donc pas se taire ? Discuter avec la tentation, c'est déjà y céder. J'ai pourtant décider de te donner, à toi qui ne veut rien, et qui a déjà choisit l'ailleurs, quelque chose que je n'ai sans doute pas. Il y a l'amour. C'est vrai. Et il y a la vie, son ennemie. Reste, je ne suis quand même pas amoureuse d'un égoïste ? Reste. Et même si tu ne vois pas ma douleur, ne t'abaisse pas à jouer avec moi. Reste, même si j'ai fait des erreurs. Reste mon amour. Reste. C'est moi qui pars.

 

C'était pour une nuit, ça s'oublie. Tout s'oublie d'ailleurs, non ?

Commenter cet article

Pim's 05/04/2010 15:03


Où sont mon string mes bas et mon porte jarretelle ? Caresse le vent sur ses doigts. Retrouve-la et dis lui ce que tu veux! Dis lui tout sans détour ni raccourci. Dis lui simplement et clairement.
Dis lui! Ne cherche plus, n'attends plus! Dis lui!

Dis lui de tout arrêter ou de recommencer a zéro. Dis lui ou elle le fera! Les choses ne peuvent pas rester comme ça.

C'est toi qu'il lui faut mais pas comme ça.

{. . .You have to start a new romance. . . }


Pim's 04/04/2010 22:33


Lèvres pincées : 1 fois
Dos tourné : 1 fois
Chaleur savourée : 1 fois
Dos tourné : 2 fois
Jambes écartées : 1 fois

Hep hep hep, n'allons pas si loin. Cessons ce grabuge, refermons cuisses, bouche, bras... Tu sais ce que j'en dis. J'écris l'avenir.


Ju. 04/04/2010 19:06


Tu as une force dans tes mots, ma Candy.
Je crois que je te comprends, mieux que je le souhaiterais.
On ne peut abandonner la partie, j'en suis la preuve vivante, même si je commence a en avoir marre de jouer. Nous jouons à nos risques et périls, sachant que nous en souffrirons. On doit être maso
sur les bords ^^.
J'aimerai qu'il comprenne ce message.
De tout mon coeur.
Non, Candice, je ne pense pas que tout s'oublie, loin de là. Ou bien les souvenirs s'en vont, mais les cicatrices sont là à vie.
Tire la langue à la vie, montre lui que tu es forte et que tu peux sourire.
Tirons la langue à la vie ensemble.