La voix

Publié le par Candiice

Dans le coeur humain, il y a des cordes qu'il est préférable de ne pas faire vibrer.

 

Les tirages se sont épuisés et ils ont voulu me faire lire des journaux aux pages blanches. Vous pensez bien que, même en traumatisant les aiguilles des horloges pour qu'elles s'arrêtent, ils n'ont pas pas réussi à mettre mon monde sur pause. Ils ont bien essayé pourtant, et j'ai bien souvent failli abdiquer de mon écueil, de mon trône d'indépendance. Mais ils ont brandi toutes leurs menaces de fumée sans voir que tout ce qui me définissait commençait à brûler. 

 

Je me suis hérissée trop vite, j'avais trop mal. Je n'avais pour seule excuse que celle de trop les aimer, mes bourreaux. Je ne supportais pas les cendres qu'ils entassaient dans ma gorge, avec l'espoir qu'en m'empêchant de parler, ils étoufferaient aussi mes pensées. Je leur en voulais, j'avais la rage rebelle et malgré mes cordes vocales carbonisées, je leur hurlais au visage. Ils ne voulaient pas m'entendre ? Très bien, j'allais les rendre sourds.

 

Le pire c'est quand il n'y a plus rien à faire, l'impuissance a cette faculté de rendre attesté l'inacceptable. Alors je me suis mis cent barres de pression et j'ai retenu ma respiration. Et j'ai plongé, consciente que l'ancre de mes raisons, m'empêcherait à jamais de remettre la tête hors de l'eau. J'ai tout envoyé promener c'est vrai, mais il était hors de question de vivre avec un cocktail molotov au fond de l'estomac. 

 

Maintenant, je manque d'air et l'oxygène circule plus difficilement dans mes veines. Je l'ai échangé contre l'ivresse du calendrier et ma voix, qui ne s'est jamais élevée aussi haut, ainsi que des colonnes entières dans la presse (à scandale). Je me suis rendue saoule de temps, et devant moi s'étend la beauté du monde sous marin. Quant à mes souvenirs ? Loin de me faire couler, au contraire, ils m'attirent vers le haut. C'est parce qu'au lieu d'en faire des historiens, jai préféré les laisser libres ; ils seraient poètes ou ils ne seraient pas.

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article