Bastien

Publié le par Candiice

Il faut toujours jouer loyalement quand on a les cartes gagnantes.

 

Je pourrais t'expliquer comment les gens mentent, l'élégance du Chanel n°5 et comment les Ray-ban ne permettent pas de mieux voir mais d'être mieux vu. Et si je te présentais à tous ces flambeurs, l'élite des joueurs ? Avec eux, il suffit d'avoir tes cartes bien en main et de jouer coeur et, comme tu en as, ça te sera facile. Fais bien attention aux filles, ce sont elles qui ont le plus d'as dans leurs manches et qui maitrisent le mieux la coupe de champagne.

 

Il se pourrait que je t'apprenne deux, trois accords de guitare pour que tu puisses te dire musicien. Que je te montre qu'il ne faut pas nécessairement connaitre Freud, Sartre, Baudelaire ou Picasso pour pouvoir en parler, et que la nuit ne finit jamais. On réfléchirait pendant des heures à des concepts révolutionnaires, flotterait sur une culture de surface, tu entendrais partout que tu es beau. On nous proposerait de l'extasie, tu pourrais faire tes premières lignes de coke et tes yeux s'écarquilleraient devant Nantes by night, du haut des toits huppés. Tu aimerais c'est sur, le cliché y est roi et le préjugé dictateur, tout est excès, rien n'a de valeur. Personne n'est sérieux.

 

L'argent reste la seule puissance indiscutable là bas. Les filles dansent perchées sur des talons de douze centimètres, alors que leurs longues jambes les obligent déjà à se courber pour ne pas dépoussiérer le plafond, et les hommes qui n'ont pas de problème de fric, s'inventent donc des problème de cul. Tu verrais mon ange, comme l'on s'ennuie de tout, comme il est facile de se perdre. Que ce soit dans leurs appartements gigantesques, entre leurs idées livrées en kit, ou leurs atouts charmeurs, qui à coup sur, finissent par te mettre tapis. Ils s'amusent à parier sur leurs propres victoires, et tu t'étonnerais de voir qu'ils ne se battent pas pour gagner, mais plutôt pour ne pas perdre. 

 

Ils te regarderaient tous, sans exception, droit dans les yeux et rempliraient ton verre. Tu ne blufferais pas, ils le verraient et te poseraient une seule question : "Qui es tu ?" Fier et averti, tu leur répondrais : "Je suis le jeu." C'est bien simple, pourquoi jouer toutes ses cartes alors qu'il ne suffit de retourner que les meilleures ?

Commenter cet article